mardi 18 décembre 2012

D'Alexandrie à Amiens : signalétique en bibliothèques

Ces dernières semaines, j'ai eu l'occasion d'aller à Alexandrie (Egypte) et à Amiens (France). deux établissements différents, avec des publics, des vocations, des ressources complètement différentes. Leur point commun hormis le fait d'être des bibliothèques est de lancer dans une réflexion sur leur signalétique. Je suis donc allée d'une côté puis de l'autre faire une formation à la signalétique en bibliothèque.

Pédagogie : 

Durée et taille des groupes : En Egypte, la formation durait 1 journée et demi et concernait 20 personnes, toutes francophones qui ne travaillaient pas nécessairement dans le même service. à Amiens, la formation durait deux jours mais le groupe était partagé en deux : 9 personnes le premier jour et 8 le second. certes, j'ai eu plus de temps en Egypte, mais la taille du groupe rallongeait fortement le temps de retour sur les exercices et ne permettait pas la même circulation de la parole qu'en groupe réduit. Je pensais, à Amiens, être gênée par le fait de refaire deux fois le même cours deux jours d’affilée  mais en vérité, je n'ai pas redit la même chose. La dynamique de chaque groupe a vraiment permis de faire ressortir des points particuliers, des besoins qui leur étaient spécifique. à refaire, je choisirai le format d'Amiens.

Adaptation de la formation au lieu : dans les deux cas, j'ai visité les lieux le matin même. En Egypte, j'avais demandé cette visite, mais j'ai eu droit à la visite touristique, passionnante, mais qui malheureusement ne m'a pas permis de circuler dans la bibliothèque elle-même. Heureusement, les collgues de l'espace francophone m'ont amenée en vitesse faire un petit rattrapage dans leurs collections, mais ce n'était pas suffisant. à Amiens, la visite n'était pas prévue au programme, mais arrivant en avance, j'ai pu faire une petite balade à travers les rayonnages en étant non guidée. Il me semble vraiment important de prévoir ce temps de visite, même non accompagné (voire même de préférence non accompagné) pour se faire une idée des besoins en signalétique et pouvoir adapter la formation à la réalité du terrain. à Alexandrie, j'ai adapté la formation à leurs missions, objectifs, publics...mais pas à leur signalétique réellement. En revanche, à Amiens, la visite m'a permis de prendre des photographies et de faire réagir les équipes sur leur propre signalétique. Il est vrai qu'entre les deux formations, j'ai changé de téléphone portable et j'ai pu prendre des photos utilisables, à défaut d'être de qualité, à Amiens. Désormais, je pense faire cela à chaque formation.

Pinterest : j'utilise cet outil pour plein de choses tout à fait inintéressantes, mais aussi pour faire un petit répertoire d'images de signalétique en bibliothèque, centre culturel voire même musées. En général, je fais commenter ces images par les stagiaires, à la fois pour en noter les qualités en terme de lisibilité, intelligibilité, visibilité de la signalétique et pour apprendre à distinguer entre signalétique directionnelle, thématique, informative, intérieure, extérieure, obligatoire...



C'est une liste d'images à compléter et d'ailleurs si vous avez des photos de vos signalétiques (en ligne), je suis preneuse...
Certes, Pinterest peut bien fonctionner pour les formations, mais à condition d'avoir un bon accès internet. J'ai eu des soucis incroyables à Alexandrie, dont on ne sait s'ils viennent de leur connexion, de mon PC...bref, ce fut compliqué, mais nous avons fini par arriver. Et à Amiens ? Eh bien, j'ai eu des soucis incroyables, dont on ne sait...évidemment, dès que je suis rentrée, le PC a fonctionné à nouveau, sans problème. M'énerve ! Mais le problème principal à Amiens ne fut pas la connexion, car une fois celle-ci résolue, je ne pouvais toujours pas atteindre mon Pinterest. La mairie en ayant bloqué l'accès. donc pas de Pinterest  J'ai pu regardé avec quelques collègues les images sur mon téléphone portable, mais bon, ce ne sont pas des conditions de travail. J'ai écrit à la mairie pour dire que Pinterest était un outil utile, mais c'était de toute façon trop tard pour la formation.

Support de cours : J'ai utilisé un powerpoint que j'ai fait évoluer entre les deux cours ayant remarqué que quelques points pouvaient être plus compréhensibles présentés autrement. Je n'ai pas souhaité le distribuer en papier en même temps, car d'une part l'idée d'imprimer ce type de document me parait du gaspillage et que d'autre part, je préfère qu'on se concentre sur ce que je dis. Je pense que j'aurais dû le distribuer aux collègues d'Alexandrie qui ont mobilisé toutes leurs connaissances en français pour écouter, parler, écrire (pendant les exercices)...et que le powerpoint imprimé aurait pu les soulager un peu. Je dis dans les cours sur l'international qu'il faut s'adapter et la preuve en est qu'on a beau le savoir, on ne le fait pas toujours. Donc, la prochaine fois, impression pour les collègues qui mobilisent une langue qui n'est pas leur langue maternelle. en rattrapage, voici le powerpoint.



Pour finir, je tenais à remercier les collègues d'Alexandrie pour leur gentillesse, leur enthousiasme, leur capacité à suivre trois jours de cours (car il y avait aussi une formation sur la communication) en français mais aussi pour m'avoir emmenée voir la ville, goûter de délicieux desserts, déguster des plats égyptiens, traverser la deux fois trois voies en courant pour voir la mer....bref un grand merci à tous et toutes.

Et merci aussi aux collègues d'Amiens pour leur humour devant leur propre signalétique, leur réactivité (deux panneaux ont été modifiés aussitôt la fin de la formation), leur participation, mais aussi pour m'avoir fait découvrir la ficelle picarde et m'avoir permis de réfléchir plus en profondeur sur la signalétique post-apocalyptique. Un grand merci à toutes.

voilà pour la signalétique.

N'hésitez pas à commenter, interroger...

raphaëlle


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire